Article concernant le pianiste Rémi Geniet : Libération – 18/10/2010

En Avant les Virtuoses

Depuis vingt ans, l’auditorium du Louvre écume les conservatoires à la recherche des jeunes solistes de demain.

Situé sous la pyramide, l’Auditorium du Louvre est une salle de 450 places qui accueille les conférences, colloques, projections de films et lectures, en liaison avec les expositions temporaires du musée. Mais pour les mélomanes, c’est surtout un lieu unique au monde où l’on a découvert, parfois très jeunes, certains des plus grands solistes d’aujourd’hui, comme Joshua Bell, Vadim Repin, Julia Fischer, Boris Berezovsky, Fazil Say, Sergey Khachatryan, Gil Shaham ou Truls Mork.

Confiée à Monique Devaux, depuis l’ouverture de l’Auditorium en 1989, la programmation musicale, qui épouse aussi l’actualité du musée, est d’une qualité et d’une variété exceptionnelles. Mais ce sont les concerts de jeunes virtuoses, le jeudi à 12 h 30, qui sont les plus excitants. Avec 300 candidats et 16 élus (les quatre meilleurs d’entre eux sont réinvités la saison suivante), on comprend que certains s’abonnent les yeux fermés à cette série de concerts[…]

[…] Recommandé par Brigitte Engerer, sa professeure au Conservatoire national de Paris, le pianiste Rémi Geniet, entendu fin mai, et également engagé au Louvre en 2011, nous a carrément mis une claque. S’il est vrai que la mondialisation a tendance à uniformiser le style des jeunes musiciens, elle produit aussi des mutants.

Né en 1992 à Montpellier, Rémi Geniet a l’autorité, la hauteur de vue et la puissance tellurique des légendes du piano russe comme feu Sviatoslav Richter et Emil Gilels, mais il y ajoute un sens aigu de la caractérisation stylistique, qui fait mouche aussi bien dans Haydn, Rachmaninov ou Ravel. A sa maturité musicale correspond une lucidité tout aussi déconcertante : «Je n’aime pas trop le show-business, déclare-t-il, et je n’ai pas envie d’en faire. Je pense qu’on doit se démarquer par sa musique, non par son attitude. Parfois le décalage entre l’image et la réalité d’un musicien est embarrassant.» Reçu au bac scientifique avec mention très bien, Geniet n’est pas pour rien ami de Raphaël Sévère, clarinettiste auditionné en décembre 2009 et que Monique Devaux programmera sans doute en 2013 : tous deux croient à la «rigueur» et au «travail» […]

Eric Dahan – Libération Culture 18/10/2010

Les commentaires sont fermés.